Petite leçon d’histoire de l’enseignement pour mieux comprendre l’enseignement bilingue, langue française / langue des signes française (3)

Du latin, du français et de la langue des signes… Lire la suite

Petite leçon d’histoire de l’enseignement pour mieux comprendre l’enseignement bilingue, langue française / langue des signes française (2)

Du latin, du français et de la langue des signes… Lire la suite

Petite leçon d’histoire de l’enseignement pour mieux comprendre l’enseignement bilingue, langue française / langue des signes française (1)

Du latin, du français et de la langue des signes… Lire la suite

Le métier d’interprète en langues des signes et celui d’interface

Que penser de l’opposition  couramment admise entre les métiers d’interface et d’interprète? L’objectif des interfaces est de faire passer le message et surtout que la personne sourde  comprenne le message par tous les moyens (mimes, LSF, écrit, dessin…). Les interfaces peuvent apporter des conseils pédagogiques aux formateurs et ont aussi un rôle de sensibilisation. Les interprètes ont le seul objectif de faire passer un message. C’est-à-dire d’en faire passer le sens, en toute neutralité.

Lire la suite

Approche contrastive français/Langue des signes française : empirisme ou psychomécanique

La singularité des signifiants manuels des langues des signes fait que   les auteurs s’y intéressant apprécient souvent les   faits linguistiques en fonction de l’effet produit sur leur personne. Cet empirisme dans la méthode se double d’un subjectivisme dans le jugement, Après avoir examiné succinctement les travaux de ces impressionnistes savants, j’essayerai de montrer que la psychomécanique guillaumienne en permettant de remonter de l’effet à la cause et d’expliquer au delà de l’apparence, le processus linguistique en cause est d’une grande utilité en matière de recherche. Cette extension de la psychomécanique à une langue non vocale, démontre s’il en était besoin, la portée des vues guillaumiennes

Lire la suite