De la genèse du signe

Du sens et du concept, pensée verbale et pensée logique

Cette étude est parue dans Philologia, studia UBB L XXIII, 3, 2018 pp.33-48. Nous remercions la revue de l’autorisation donnée de la publication sur LESART psychomecanique

Les observations des enfants montrent régulièrement le développement du signe comme un processus partant du mot-phrase passant à la phrase à deux mots puis à la juxtaposition de phrases enfin à la coordination de phrases. Piaget le note tout pareillement, soit, écrit-il, le « progrès de la représentation conceptuelle »[1]. Mais, se demande Piaget : « Comment le langage permet la conception de concepts, car le rapport est naturellement réciproque et la possibilité de construire des représentations conceptuelles est l’une des conditions nécessaires à l’acquisition du langage »[2]. La question est de savoir, pour nous, si le concept et le sens verbal (signifié de puissance guillaumien) sont identiques ou non.

Continuer la lecture

Nouvelles perspectives

Introduction

Le langage n’est qu’un cas particulier de la fonction sémiotique. C’est pourquoi il me semble possible,    bien qu’il n’y ait pas de  coïncidence historique stricte,  de postuler une convergence  non encore aperçue entre l’évolution de deux manifestations de la fonction sémiotique, la représentation d’image et la représentation de langue. Pour ce faire Je me référerai à l’évolution structurale des langues   proposée par Gustave Guillaume  avec ses trois aires linguistiques et à celle  des   formes d’équilibration de l’épistémologie génétique de jean Piaget avec ses trois étapes.

Continuer la lecture

Plaidoyer pour une approche génétique du signe de la LSF

 

 Philippe Séro-Guillaume

la théorie de l’iconicité cantonne les uns et les autres dans l’observation superficielle en occultant les mécanismes sous-jacents à la genèse de la LSF

Continuer la lecture

Aux sources de l’épistémologie génétique

Jean Piaget propose une théorie constructiviste de la connaissance qui s’appuie sur l’histoire des sciences, l’évolution du vivant et le développement de l’enfant. Un livre récent permet de se replonger dans le laboratoire en permanente reconfiguration que fut le constructivisme piagétien Continuer la lecture

Approche contrastive français/Langue des signes française : empirisme ou psychomécanique

La singularité des signifiants manuels des langues des signes fait que   les auteurs s’y intéressant apprécient souvent les   faits linguistiques en fonction de l’effet produit sur leur personne. Cet empirisme dans la méthode se double d’un subjectivisme dans le jugement, Après avoir examiné succinctement les travaux de ces impressionnistes savants, j’essayerai de montrer que la psychomécanique guillaumienne en permettant de remonter de l’effet à la cause et d’expliquer au delà de l’apparence, le processus linguistique en cause est d’une grande utilité en matière de recherche. Cette extension de la psychomécanique à une langue non vocale, démontre s’il en était besoin, la portée des vues guillaumiennes

Continuer la lecture