Cours de LSF

Cours de LSF

PLAIDOYER POUR DES COURS DE LSF ADAPTÉS AUX BESOINS DES UTILISATEURS

La mise en oeuvre  du projet bilingue français/langue des signes   et dans une beaucoup plus grande mesure l’utilisation de la langue des signes  dans des projets associant français oral et  écrit d’une part et LSF d’autre part ont  entraîné un accroissement important  de la demande de formation  en langue des signes des professionnels de la surdité orthophonistes, éducateurs, enseignants 

Pour faire face à cette demande, les associations prestataires de service en la matière ont adossé la présentation de leur  programme au Cadre commun de référence pour les langues (pour mémoire il  a été adapté à la langue des signes en janvier 2002). Malgré cette présentation nouvelle,  force est de constater que l’offre est plus soucieuse de la lettre,  les niveaux A, B et C que de l’esprit de ce référentiel à savoir la souplesse et l’adaptation[1] aux objectifs des professionnels désireux d’apprendre ou de se perfectionner en LSF. L’accent est mis  sur le caractère visuel de la langue des signes,  son utilisation dans des conditions spécifiques et avec des locuteurs particuliers n’est jamais évoquée.

Approche fonctionnelle

Rappelons avec force que la communication et tout particulièrement la communication  avec de jeunes sourds dans le cadre d’une prise en charge spécialisée,  n’est pas un acte découlant de la seule connaissance des langues mais un exercice de compréhension et d’adaptation à son interlocuteur.

Comment ne pas évoquer le cas de figure  où le jeune avec qui il faut communiquer ne possède encore à proprement parler aucune langue ou présente le cas échéant des troubles associés. Son message  doit être accueilli avec bienveillance et en tout cas comme l’expression d’un vouloir dire quelle qu’en soit les propriétés formelles. Cet accueil, cette compréhension implique une grande disponibilité, des facultés d’adaptation qui vont bien au delà de la seule connaissance formelle  des langues. Par ailleurs tel ou tel professionnel peut être amené

En terme d’apprentissage[2] ce que les utilisateurs (professionnels de la surdité ici) de la langue des signes ont à maîtriser c’est avant tout ce qui leur permettra de fonctionner efficacement dans les situations qu’ils visent. C’est à dire que la langue des signes «fonctionnelle» (ou plus généralement une langue envisagée sous son aspect fonctionnel quelle qu’elle soit : français,  anglais…etc. ) ne saurait se caractériser d’abord et uniquement  en termes de contenus et d’inventaires linguistiques, mais bien par rapport à des publics précisés  et à leurs objectifs d’utilisation fonctionnelle (c’est-à-dire opératoire) de l’instrument  linguistique qu’ils entendent acquérir où perfectionner. Quelles « fonctions langagières » l’apprenant aura-t-il à réaliser,   dans le cas qui nous intéresse,  avec la langue des signes  qu’il apprend  ou perfectionne. Quelles notions devra-t-il exprimer ? Dans quelles situations ? En relations avec quels interlocuteurs?

Autrement dit l’apprentissage et le perfectionnement en langue pour être efficace ne peuvent être détachés des enjeux réels qui motivent les apprenants. Ce dernier point est capital lorsqu’il s’agit d’aborder des domaines inédits en langue des signes.  En effet pour des raisons historiques, son interdiction,  la langue des signes n’a pas pu prendre en charge de nombreux domaines (matières scolaires et universitaires tout particulièrement).

Proposition pour  classer les besoins

  • Besoin de communication « in situ » (accueil, échanges courants, en contacts avec les familles sourdes, entendantes) dans un contexte partagé et connu. Ex : agents d’accueil, infirmières, médecins, … etc.
  • Besoin de communication dans la « vie quotidienne », extra-scolaire (éducateurs) : comment accueillir la production, la parole des jeunes ? Reformulation et échanges sur les thèmes qui intéressent les jeunes ( avenir professionnel, aide aux devoirs, ouverture socio-culturelle … etc.)
  • Besoin de communication en  situation d’enseignement, de prises en charge  spécifiques » (enseignants spécialisés, éducateurs techniques, éducateurs de jour, orthophonistes, psychomotriciennes, psychologue …etc.)

Une formation devrait se proposer de donner  aux professionnels de la surdité non seulement un meilleure compétence en  langue des signes mais aussi, l’un ne va pas sans l’autre, une idée exacte  de ce qu’ils peuvent attendre de  l’utilisation de la langue des signes dans une visée  pédagogique, éducative ou simplement de communication.

1) Un cadre théorique emprunté au linguiste Gustave Guillaume

Dépassant  l’opposition stérile entre langue visuelle et auditive, ce cadre permet une présentation contrastive français/langue des signes éclairante et facilitatrice pour les apprenants.  L’étude contrastive français/LSF dans le cadre de la linguistique Guillaumienne (Gustave GUILLAUME)  devrait être présenté de façon accessible et adaptée aux besoins des différents  personnels

2) des exercices pratiques

Il s’agirait d’amener selon les besoins les apprenants soit au niveau A de notre référentiel  de compétences, dialogue in situ :

A Oh tu as un chien …

B Oui il est beau ..hein ?

A Oui mais pas très gros 

B oui mais il est très robuste!

ou au niveau B, discours rapporté in absentia : Hier j’ai rencontré Isabelle… elle a acheté un Pitbull  alors qu’elle va accoucher bientôt. Elle est inconsciente c’est un chien dangereux il n’y a pas longtemps il y en a un qui a arraché une joue à une petite fille …..

ou au niveau C,  discours de portée général  : Les chiens tels que les mastifs et pittbulls qu’achètent les dealers et dont ils se servent comme une arme ainsi que l’engouement pour ces animaux dangereux constituent un vrai problème … accidents  morsures gravissimes Il faut prendre des mesures …..   etc.  

■ de les rendre autonomes en mettant  l’accent sur l’adaptation à l’interlocuteur sourd et les stratégies à mettre en oeuvre pour pallier une connaissance insuffisante de la langue ou, le cas échéant,  aborder un domaine inédit en LSF

3) La traduction pédagogique

de leur enseigner la LSF en leur  enseignant, entre autres choses, à traduire. Cela  est possible quel que soit le  besoin considéré: de la « communication de survie »  (Je veux encore de l’eau, j’ai soif) à la tenue d’une conférence sur les  méfaits des graisses …. L’application de la traduction interprétative à la traduction pédagogique facilite grandement l’apprentissage d’une langue seconde. N.B. il est ici question ici   de traduction pédagogique et non pas d’interprétation simultanée professionnelle- de français en LSF et de LSF en français

[1] C.F. Guide pour l’élaboration des politiques linguistiques éducatives en Europe, Divison de sPolitiques linguistique, Conseil de l’Europe, Strasbourg. Tout particulièrement: 6.6.2 Moduler les contenus d’enseignement, p.101 à 104

[2] Ce paragraphe est  adapté librement de R.Galisson/D. Cosse , Dictionnaire de didactique des langues, Hachette, Paris, 1976, p.231,

Langue des signes : iconicité ou scénarisation ?

Langue des signes :   iconicité ou scénarisation ?

Philippe Séro-Guillaume

Comparer, comme le font les promoteurs de l’iconicité, les prestations d’un signeur sourd racontant une histoire à un texte français écrit, nous conduit à une incongruité scientifique  lourde de conséquences au plan pédagogique en matière d’enseignement des langues aux jeunes sourds et de formation des interprètes.

Lire la suite

Plaidoyer pour une approche génétique du signe de la LSF

 

 Philippe Séro-Guillaume

la théorie de l’iconicité cantonne les uns et les autres dans l’observation superficielle en occultant les mécanismes sous-jacents à la genèse de la LSF

Lire la suite

Petite leçon d’histoire de l’enseignement pour mieux comprendre l’enseignement bilingue, langue française / langue des signes française (3)

Du latin, du français et de la langue des signes… Lire la suite

Petite leçon d’histoire de l’enseignement pour mieux comprendre l’enseignement bilingue, langue française / langue des signes française (2)

Du latin, du français et de la langue des signes… Lire la suite

Petite leçon d’histoire de l’enseignement pour mieux comprendre l’enseignement bilingue, langue française / langue des signes française (1)

Du latin, du français et de la langue des signes… Lire la suite